You are currently viewing L’Etat met à disposition de ses agents un outil de transfert de fichiers maison

L’Etat met à disposition de ses agents un outil de transfert de fichiers maison

Sharing is caring!

Reading time: 2 Minutes

L'Etat met à disposition de ses agents un outil de transfert de fichiers maison

Image : capture écran de la page d’accueil de France transfert.

Pour contourner WeTransfer, une solution populaire, mais aussi problématique du point de vue de la souveraineté de l’hébergement des données, l’Etat a conçu son propre outil numérique pour transférer les fichiers les plus volumineux, baptisé France transfert.

Mis à la disposition des ministères, France transfert prend en charge jusqu’à 20 Go (2 Go maximum par fichier) en un pli, et répond dans le même temps aux exigences du cloud de confiance, en étant hébergé sur un cloud qualifié SecNumCloud par l’ANSSI, précise un document de présentation.

L’outil interministériel a d’abord été testé par le ministère de la Culture, où « les usagers devaient régulièrement transmettre, pour leurs démarches, des pièces lourdes comme des plans et images d’architecture, qui ne passaient pas par courriel » explique Estelle Cheng, responsable produit au sein de la direction du numérique du ministère de la Culture. Ces contraintes ont poussé la rue de Valois à tester un premier prototype de l’outil dès juillet 2020, sous la supervision de la DINUM. Puis l’outil a été progressivement déployé dans d’autres services.

Des fichiers conservés jusqu’à trois mois

Dorénavant ouvert à tous les agents de l’Etat, France transfert a enregistré plus de 10 000 envois et 15 000 téléchargements sur les deux derniers mois, selon un communiqué. Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères fait notamment partie des utilisateurs les plus réguliers, puisqu’il en a fait son outil de transfert par défaut pour ses 13 000 agents à travers le monde.

Les agents de l’Etat peuvent s’envoyer des documents entre eux, mais aussi à leurs interlocuteurs extérieurs, jusqu’à 100 destinataires. Seul prérequis demandé : que l’expéditeur ou le destinataire soit un agent de l’Etat (l’adresse courriel professionnelle faisant office de preuve). Les agents de l’Etat peuvent y importer une liste de contacts, personnaliser le transfert en ajoutant un mot de passe, un message ou encore en choisissant la durée de conservation des fichiers envoyés.

Dans ses efforts pour passer sur des solutions souveraines, l’Etat déploie progressivement des outils collaboratifs à destination des administrations, comme Webconf, Audioconf, la messagerie instantanée Tchap ou encore les plateformes Osmose et Resana.




Source link

Please follow and like us:
Pin Share

Laisser un commentaire