Subaru : la révolution what3words débarque dans l’Outback

Sharing is caring!

Reading time: 6 Minutes

Subaru : la révolution what3words débarque dans l'Outback



Subaru est le dernier constructeur automobile d’une longue série à intégrer cette technologie. Image : Subaru

Le plus souvent les humains donnent des indications très
simples fixer un rendez-vous. Des indications comme « sous l’arche »,
« sous le porche », ou encore à droite au coin de la rue ». Mais comment
les gens disent-ils aux machines où les rencontrer ? « L’entrée sur le
côté, pas l’entrée principale » est une phrase en langage naturel que les
gens comprennent mais que les machines ne comprennent toujours pas.


Il y a neuf ans, la start-up britannique what3words a trouvé une
solution : faire en sorte que les humains parlent dans un langage codé
qui soit à la fois facile à formuler pour une personne et à traiter par
une machine. Un langage codé qui peut être  transformé en URL, et met en évidence une zone de 10 mètres carrés où se réunir.


L’exploit singulier de what3words est donc d’avoir divisé la surface
totale de la planète en parcelles de 10 mètre carrés. La surface totale
de la Terre est de 510,1 millions de kilomètres carrés, ce qui équivaut
à 57 trillions de parcelles de 10 mètres carrés.


Cette semaine, what3words a gagné un nouveau client pour son système d’adressage, le constructeur automobile Subaru. Subaru intégrera cette technologie dans ses nouveaux modèles Outback.

« Nous nous concentrons particulièrement sur le cas d’utilisation
humain-machine »


« Nous nous concentrons particulièrement sur le cas d’utilisation
humain-machine. Et l’utilisation dans les voitures, en particulier,
représente une énorme opportunité pour nous », a déclaré Giles Rhys
Jones, directeur du marketing de what3words, à ZDNet.


Lors d’une démonstration lundi dernier, Jones a emmené le journaliste de ZDNet
faire un tour dans la dernière Mercedes intégrant la technologie
what3words. L’assistant vocal de la voiture peut recevoir une commande
what3words et l’utiliser pour proposer une navigation, au lieu de
prononcer une adresse.


En utilisant 40 000 mots anglais en combinaisons de trois, on peut
obtenir un total de 40 000 combinaisons possibles élevées à la troisième
puissance, soit 64 trillions. C’est plus qu’assez pour avoir une
combinaison de trois mots pour chaque parcelle. Les phrases de trois
mots sont répertoriées pour chaque patch de la planète sur le site Web
et l’application de what3words.


Les mots sont attribués de manière aléatoire via un algorithme.
Regardez le Parthénon au sommet de l’Acropole à Athènes, et le patch
centré sur le temple antique est « Player Roving Tropic ». Le majestueux
Angkor Wat au Cambodge est « Regulates Slab Tacky ». Le Mont Taylor en
Antarctique est « Corked Dolphins Sirs ». La base de données de phrases a été établie en 50 langues, dont le mongol, le swahili et le gallois.


athens-what3words.jpg


Image : what3words


La technologie peut avoir une utilité particulière dans une
géographie telle que la Mongolie — le premier pays à intégrer le
service dans le service postal national. Une partie de la population est
nomade, et donner une phrase pour un emplacement actuel de 10 mètres
carrés peut être une alternative à l’indication d’une adresse postale
permanente.


L’anglais conserve toutefois un avantage linguistique, car c’est la
seule langue que l’entreprise utilise pour adresser chacun des 57
trillions de carrés – y compris les océans, qui représentent 71% de la
surface de la terre. Toutes les autres langues sont limitées à 25 000
mots, ce qui donne seulement 15,6 trillions de combinaisons utilisées
pour les masses terrestres.


Les mots « coquins » sont éliminés, tout comme les homonymes, afin
d’éviter toute confusion potentielle lors d’une conversation avec un
assistant vocal.


Après avoir attiré l’attention de l’assistant dans la Mercedes en
prononçant la phrase de réveil « Hey, Mercedes », il suffit de prononcer
« naviguer vers trois mots, Patio Among Tame » pour faire apparaître la navigation à l’écran.


« Si vous vous essayez de saisir une adresse, que ce soit par la
frappe ou par la voix, c’est beaucoup plus difficile », a observé M.
Jones. « Alors qu’en cinq secondes, il s’agit d’un carré précis, et vous
pouvez avoir la certitude d’aller exactement là où vous voulez aller ».

Un jour, un système de navigation automobile pourrait être capable
de comprendre des phrases en langage naturel


Un jour, un système de navigation automobile pourrait être capable
de comprendre des phrases en langage naturel. what3words est construit
pour un monde de voitures et d’autres machines qui ne sont pas là, en
termes de traitement du langage.


Bien que les constructeurs automobiles aient tendance à avancer plus
lentement que les entreprises de la tech, le nombre de ceux qui
rejoignent le service augmente rapidement, avec sept constructeurs
automobiles qui ont signé au cours des six derniers mois, dont Ford,
Mitsubishi et Lamborghini. L’entreprise compte au total 10 constructeurs
automobiles et 11 de ce que l’on appelle les « fournisseurs de niveau
1 », c’est-à-dire des entreprises qui fabriquent diverses pièces de
véhicules, dont le fournisseur de systèmes de navigation TomTom.


Mercedes a été le premier constructeur a rejoindre le programme, et
désormais tous les nouveaux véhicules Mercedes sont équipés de cette
technologie. « Le président de Daimler a compris avant même que nous
ayons terminé la première phrase », a déclaré M. Jones, décrivant comment
Ola Källenius, de Mercedes-Benz Group AG, a saisi l’importance de la
technologie lorsque what3words a fait son premier discours. « Ils sont ce
que nous appelons des innovateurs ambitieux », a déclaré Jones à propos
de Mercedes. « Nous nous concentrons sur ces personnes ».


« Lamborghini a dit : « Tout ce qui nous concerne est l’innovation,
donc nous voulons les dernières technologies dans nos véhicules », a
ajouté Jones. Et maintenant, Subaru considère que les phrases sont
adaptées à l’utilité de l’Outback en tant que véhicule tout-terrain.


Le service est gratuit pour les conducteurs et payé par les
constructeurs automobiles sur la base d’une redevance par véhicule.


Mais la technologie trouve également d’autres utilisateurs, comme
les premiers intervenants qui doivent localiser des personnes en cas
d’urgence. La livraison est un autre cas d’utilisation. « La localisation
standard de Google Maps à l’aide du GPS ne vous indique pas à quelle
partie d’un bâtiment vous devez vous rendre ; elle se contente de
déposer une épingle au milieu de la structure », observe M. Jones.
Domino’s Pizza offre donc aux clients la possibilité d’utiliser une
phrase pour la livraison.


Cette technologie a également fait son entrée dans la culture
populaire. Elle a été présentée comme un élément de l’intrigue dans des
feuilletons telles que « Les Experts ». L’éditeur britannique Dorling
Kindersley a aussi publié une série de guides de voyage dans lesquels
chaque site recommandé est accompagné d’un code de trois mots.




Source link

Please follow and like us:
Pin Share

Laisser un commentaire